En janvier 2018, je décide que le temps est venu de préparer un séjour en Ouganda pour enquêter sur mon grand-oncle Ernest. Je n’ai pas de bonne raison de privilégier ce moment plutôt qu’un autre, sinon une intuition qui me presse de le faire et que je choisis d’écouter.

Je m’informe sur les possibilités de vacances au travail et opte pour les trois premières semaines de disponibles: du 23 avril au 13 mai. J’écris donc au St-Mary’s college de Kisubi, où enseignait Ernest, pour les informer de mes plans:

« Hi,

I found my great uncle Ernest Julien’s biography and found out that he was a teacher at your college a long time ago. He died in Kisubi in 1966.  I love to travel and I decided to combine this passion with my curiosity towards this man.
I live in Montreal, Canada, and was hoping to connect with someone who could show me around Kisubi and St-Mary’s college. I will be landing in Uganda around the 23 of april and will stay for about three weeks.
Thanks for you help and hoping to meet you in Kisubi,
Luce TG »

… mais je reçois un message d’erreur quelques secondes plus tard, cette adresse ne fonctionne plus. Évidemment, ça ne pouvait pas être aussi simple. Je me replie donc sur le secrétariat des Frères de l’Instruction chrétienne, à qui je traduis le message précédent, et la réponse d’un certain Frère Hervé arrive le lendemain. Il me dit simplement qu’il a transmis mon message au Frère Gerard, responsable de l’Ouganda, et qu’il le met en copie à ce courriel. Avant même que je puisse contacter le Frère Gerard, j’ai le plaisir de recevoir un message de lui, quelques heures après celui du frère Hervé:

« Bonjour Luce,

Merci beaucoup pour votre courrier qui m’a été transmis par le Frère Hervé asse. J’ai eu des échanges avec les frères ici à Kisubi en Ouganda par rapport à votre intérêt de venir visiter l’endroit où votre oncle, le frère Ernest Julien a travaillé en tant que missionnaire. On vous assure que vous êtes bienvenu.

Vous trouverez ci-joint une photo de la pierre tombale du frère Ernest Julien ici dans le cimetière des frères ici à Kisubi.

Permettez-moi de mentionner que les frères et les gens ici chez-nous parlent anglais. En réalité, seuls quelques frères parlent le français. Je suppose que vous pouvez communiquer en anglais.

Nous nous réjouissons de vous voir en Ouganda.

Meilleurs voeux!

F. Gérard »

Je suis, il va sans dire, complètement émerveillée par la rapidité de ces échanges et par la facilité avec laquelle mon plan semble se concrétiser. Je ne sais trop comment interpréter cette photo de pierre tombale que je reçois en même temps que le feu vert à mon projet de film… malgré tout, je réserve mon billet d’avion.

En regardant la photo de plus près, un détail me frappe : Ernest est mort le 23 avril 1966. J’arrive à Kisubi le 22 avril au matin. Ainsi, 62 ans jour pour jour après son décès, je pourrai aller poser des fleurs sur la tombe de mon ancêtre.
Ce genre de coïncidences me fascine et m’effraie à la fois.